08-09-2016

Interview de Jade et Audrey Saint-Germain, binôme d’arbitres féminin

Jade et Audrey Saint Germain sont issues de la filière Juges Arbitres Jeunes ; elles ont été repérées grâce à leurs prestations sur les différentes compétitions telles que les interligues et interpôles. Après une première saison à évoluer sur les championnats adultes régionaux, elles ont logiquement intégré la formation Régionale 1 du Secteur Sud-Est qui prépare à l’arbitrage en championnat de France adulte. Elles seront donc amenées cette saison à officier en priorité sur du niveau Prénationale, Nationale 3 Masculine et Nationale 2 Féminine. Prochain objectif : accéder au groupe arbitre championnat de France.

Faisons connaissance avec Jade et Audrey en 10 questions :

1. Présentez-vous (nom, âge, club, profession ou activité)
• Jade Saint-Germain, 19 ans, club de Crolles. Après une 1ère année de fac, je commence à la rentrée un BTS de commerce international à Grenoble
• Audrey Saint-Germain, 19 ans, au club de Crolles. Après une année de service civique dans un lycée à Fontaine (accompagnement de jeunes en situation de décrochage scolaire), je vais débuter un DUT carrières sociales pour devenir éducatrice spécialisée

2. Racontez-nous vos débuts dans le monde du hand : 
• Jade : J’ai débuté au collège ; j’ai arbitré car il n y avait pas assez de filles. Puis j’ai rejoint Audrey au club de Crolles en  Moins de 14ans et assez rapidement nous avons commencé l’arbitrage tout en jouant pendant 4 saisons avant de privilégier l’arbitrage.
• Audrey : Mes débuts datent de la primaire en championnat UNSS puis avec l’AS du collège et enfin au club de Crolles.

3. Vous et l’arbitrage (pourquoi l’arbitrage, votre parcours, vos ambitions)
Nous avons déDSC_5500_redimensionnercouvert l’arbitrage lors d’un tournoi amical de -12ans ; cela nous a bien plu et nous avons commencé les stages de formation d’arbitres. Actuellement, nous sommes arbitres APN [Arbitre à Potentiel National] et avons le projet de passer arbitres régionales R1 (sous réserve de réussir le stage de rentrée). Nous souhaiterions progresser ensuite dans la filière (si possible G4 d’ici 2 ans etc…). Mais si les études restent la priorité, l’arbitrage est un objectif prépondérant.

4. Continuez-vous à jouer ? Est-il possible de concilier arbitrage et jeu ? avez-vous dû faire un choix entre les 2 ? si oui, avez-vous des regrets ?
Audrey : C’est un choix sans regrets de privilégier l’arbitrage car il serait très difficile de concilier les plannings et les déplacements des deux activités. Il est cependant intéressant de continuer à s’entraîner pour garder la vision du joueur et la condition physique.

Jade : j’ai quelques regrets pour ma part.

5. Quels sont les avantages / inconvénients à arbitrer avec votre sœur ?
• Les avantages : on se connait par cœur, on se comprend d’un regard, on sait apprécier l’état de l’autre, ce qu’il faut – ou ne faut pas – dire, une confiance absolue, aucun tabou dans nos échanges
• Les inconvénients : ça fait passer beaucoup de temps ensemble. Ce fait est accentué par la relation très forte entre sœurs jumelles. Aussi il est difficile d’avoir chacune une vie à soi.

6. Est-ce différent d’arbitrer des garçons ou des filles ? Avez-vous une préférence ?
Oui, c’est totalement différent ; le jeu masculin est plus clair, plus régulier même si plus rude et donc plus facile à arbitrer
Sans hésiter, Nous préférons arbitrer des garçons : la relation avec les garçons est plus facile ; il y a plus de distance et plus de respect dans leur manière de parler à des arbitres féminines.

7. Est-ce un avantage ou un inconvénient d’être arbitre féminine ?
C’est un avantage car les binômes féminins sont plus rares donc bénéficient de plus d’attention ; les joueurs, les coaches sont plus réservés avec des arbitres filles.

JadeAudrey2_redimensionner

Jade et Audrey Saint-Germain

L’inconvénient c’est le sexisme des arbitres masculins lors des réunions ou stages où il y a très peu de filles ; c’est difficile de se faire une place dans le monde très masculin de l’arbitrage. Un autre inconvénient est parfois aussi la variété des insultes sexistes de la part du public.

8. Comment vivez-vous l’après-match ? debriefing commun, introspection personnelle, passer à autre chose…
Nous faisons rarement de débriefing à chaud (sauf en cas de suivi ou de sentiment de très bon ou très mauvais match) ; après le match, douche, soirée et éventuellement nous échangeons sur le match le lendemain.

9. On entend parler de discrimination positive envers les arbitres féminines, votre avis ?
C’est probablement vrai. Au début, on en a peut-être bénéficié et ça nous a aidé à démarrer mais maintenant on pense mériter notre place. Il est vrai que l’on ne nous a jamais mises en difficulté en nous désignant sur des matchs trop difficiles pour notre niveau. Par contre ce n’est pas normal et dommage qu’au 21ème siècle, on doive se battre pour assumer sa féminité et sa place dans le sport.

10. Parlez-nous de votre expérience de l’arbitrage international (Tournoi international Georges-Iltis -18F en mai). 
C’était super bien ! des rencontres avec des gens passionnants et un niveau de jeu que l’on n’avait jamais rencontré, un vrai plaisir d’arbitrer.
On a aussi officié sur 3 matchs à Apt en juillet (Tournoi International de Handball Féminin Corine Chabannes). Une expérience intense et très enrichissante ; l’occasion de travailler des situations liées à ce niveau de jeu, quelque chose de complètement différent en termes de règles, d’attitudes, de contexte de jeu.
On était bien préparées, on avait fait énormément de vidéo, on a eu beaucoup d’échanges avec les entraîneurs des équipes, les techniciens, l’autre binôme.
C’était aussi notre 1ère expérience avec les oreillettes : un atout spectaculaire pour la concentration et la communication avec le délégué qui permet de s’ajuster sur le terrain et de se rassurer.

Le mot de la fin ?
Nous tenons à remercier Marie-Claude (David) qui nous a accompagnées et encouragées et grâce à qui nous sommes là aujourd’hui.
Et nous avons un message : « Les filles, venez arbitrer ! »

 

Portraits chinois
JADE

 

1. Si j’étais un animal, je serais… un chat
2. Si j’étais un arbre, je serais… un chêne
3. Si j’étais un film, je serais… Avatar
4. Si j’étais un fruit, je serais… du raisin
5. Si j’étais un livre, je serais… Oro de Cizia Zykë
6. Si j’étais un objet, je serais… un tableau
7. Si j’étais un pays, je serais… l’Afrique du Sud
8. Si j’étais un personnage célèbre, je serais… Nelson Mandela
9. Si j’étais un personnage de dessin animé, je serais… Mulan
10. Si j’étais un plat, je serais… une raclette
11. Si j’étais un vêtement, je serais… un t-shirt
12. Si j’étais une chanson, je serais… Mistral gagnant (Renaud)
13. Si j’étais une couleur, je serais… bleu
14. Si j’étais une fleur, je serais… une tulipe
15. Si j’étais une ville, je serais… Florence

AUDREY

 

  1. Si j’étais un animal, je serais… un koala
  2. Si j’étais un arbre, je serais… un olivier
  3. Si j’étais un film, je serais… L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux
  4. Si j’étais un fruit, je serais… une pêche
  5. Si j’étais un livre, je serais… Le petit prince de Saint-Exupéry
  6. Si j’étais un objet, je serais… une bougie
  7. Si j’étais un pays, je serais… Le Brésil
  8. Si j’étais un personnage célèbre, je serais… Coluche
  9. Si j’étais un personnage de dessin animé, je serais… La joie (dans Vice-versa)
  10. Si j’étais un plat, je serais… des lasagnes au four
  11. Si j’étais un vêtement, je serais… une robe
  12. Si j’étais une chanson, je serais… Mistral gagnant (Renaud)
  13. Si j’étais une couleur, je serais… orange
  14. Si j’étais une fleur, je serais… une tulipe
  15. Si j’étais une ville, je serais… Montpellier